Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
United States Holocaust Memorial Museum
  Enfants mangeant dans les rues du ghetto de Varsovie. Varsovie, Pologne, entre 1940 et 1943.
Autres photographies
  LES GHETTOS  

 

Le terme de "ghetto" tire son origine du nom du quartier juif de Venise, créé en 1516. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les ghettos étaient des quartiers isolés du reste du tissu urbain par des barbelés ou un mur, dans lesquels les Allemands forcèrent la population juive à vivre dans des conditions misérables. Les ghettos isolaient les Juifs en les séparant de la population non juive et des communautés juives voisines. Les nazis créèrent plus de 400 ghettos.

Les Allemands présentèrent la création des ghettos comme une mesure provisoire de contrôle et de ségrégation des Juifs. Parfois, les ghettos existèrent durant peu de temps. Avec la mise en oeuvre de la Solution finale en 1942, les Allemands détruisirent systématiquement les ghettos et déportèrent les Juifs vers les camps d'extermination pour les y assassiner. Un petit nombre de Juifs fut déporté des ghettos vers les camps de travail forcé et les camps de concentration.

 

 
Principaux ghettos en Europe occupée
Autres cartes

La plupart des ghettos (situés uniquement en Europe orientale sous occupation allemande) étaient fermés par des murs, des clôtures de fil de fer barbelé ou des portes. Les ghettos étaient surpeuplés et insalubres. La faim, les pénuries chroniques, la rigueur hivernale et l'absence de services urbains furent la cause d'épidémies à répétition et d'un taux de mortalité élevé.

Le plus grand ghetto fut celui de Varsovie, dans lequel environ 450 000 Juifs étaient entassés sur une zone de 2000 mètres carrés environ. Les autres principaux ghettos furent ceux de Lodz, Cracovie, Bialystok, Lvov, Lublin, Vilno, Kovno, Czestochowa et Minsk.

 

   
Paula était l'un des quatre enfants nés dans une famille juive ...
Les témoignages
 
 

 

Les nazis donnèrent l'ordre aux Juifs des ghettos de porter des écussons ou des brassards permettant de les identifier et leur imposèrent le travail forcé au profit du Reich allemand. La vie quotidienne dans les ghettos était gérée par des Conseils juifs (Judenräte) et une police juive, nommés par les nazis. Celle-ci était chargée du maintien de l'ordre et particpa aux déportations vers les camps d'extermination.

 

 

Des activités illégales telles que l'approvisionnement en contrebande de nourriture ou d'armes, la participation à des mouvements de jeunesse ou à des activités culturelles, eurent souvent lieu sans l'accord des Conseils juifs (même si les ces derniers organisèrent en fait les activités culturelles officielles).

Dans certains ghettos, les membres de la résistance juive organisèrent des soulèvements armés. Le plus important fut le soulèvement du ghetto de Varsovie en 1943. Il y eut aussi des révoltes à Vilno, Bialystok, Czestochowa, et dans plusieurs autres ghettos plus petits. En août 1944, les nazis achevèrent la destruction du dernier grand ghetto, celui de Lodz.

En Hongrie, l'enfermement dans les ghettos ne commença qu'au printemps 1944, après l'invasion et l'occupation du pays par les Allemands. En moins de trois mois, la police hongroise, en coordination avec les Allemands, déporta près de 440 000 Juifs. La plupart d'entre eux fut envoyée à Auschwitz-Birkenau. A Budapest, les Juifs furent confinés dans des maisons identifiées (les maisons dites Etoile de David). En novembre, après un coup d'Etat soutenu par l'Allemagne, le parti hongrois des Croix Fléchées créa un ghetto à Budapest. Environ 63 000 Juifs y furent confinés dans une zone de 160 mètres carrés. Les 25 000 Juifs qui s'étaient vu accorder des passeports de protection (au nom de pays neutres) furent placés dans un "ghetto international", dans un autre quartier de la ville. L'Armée rouge libéra Budapest en janvier 1945, mettant ainsi fin à la ghettoïsation des Juifs hongrois survivants.

 


Articles en Anglais

Articles complémentaires

Ghettos
Les camps d'extermination
La "Solution finale"
Le travail forcé


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France