Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz, War & Conflict, National Archives
  Adolf Hitler et son architecte personnel, Albert Speer, à Paris peu après la défaite de la France. Paris, France, 23 juin 1940.
Autres photographies
  PARIS  

 

Lorsque les Allemands envahirent la France en mai 1940, environ 175 000 Juifs habitaient à Paris ou y avaient trouvé refuge. Nombre d'entre eux, à l'origine, avaient fui la ville pour n'y retourner qu'après la signature de l'Armistice, en juin, lorsque Paris devint le siège de l'administration militaire allemande. La majorité des Juifs parisiens vivaient dans les 4ème, 11ème, 18ème et 20ème arrondissements. Fin septembre 1940, un recensement allemand enregistrait 150 000 Juifs à Paris, y compris 64 000 Juifs étrangers.

La persécution des Juifs de Paris débuta en octobre 1940, avec la promulgation du premier Statut des Juifs et le début de la politique d'aryanisation économique. Théodore Dannecker, « expert en questions juives » et représentant d'Eichmann à Paris, ordonna plusieurs mesures antijuives, dont la centralisation des organisation juives. Au cours des années 1940-1941, les Allemands arrêtèrent 10 000 Juifs à Paris en trois rafles successives ; près du même nombre avaient fui la ville en direction du sud, vers la zone libre. En 1942, les Allemands entamèrent la déportation systématique des Juifs étrangers et apatrides vers les camps d'extermination, via les camps de transit de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers.

 

 
Les environs de Paris, 1943
Autres cartes

En mai 1942, on ordonna aux Juifs de Paris de porter l'étoile jaune pour mieux les identifier. Les 16 et 17 juillet, la police française concentra 13 000 Juifs au Vélodrome d'Hiver, un stade dans le XVe arrondissement de la ville, où ils furent détenus pendant des jours, privés de nourriture et de boisson. Ils en furent déportés, via Drancy, vers Auschwitz-Birkenau. Alors que des milliers de Juifs se cachaient, presque 30 000 étaient déportés de Paris au cours de l'année 1942. À la mi-1943, il restait 60 000 Juifs à Paris. Les Allemands commencèrent par déporter les pensionnaires d'orphelinats, de crèches et d'hôpitaux.

À Paris, des milliers de Juifs entrèrent dans la clandestinité ou se réfugièrent dans des lieux retirés des provinces françaises. Plusieurs autres milliers avaient fui vers l'Espagne, le Portugal ou la Suisse, pays neutres. Au moins 3 000 Juifs turcs, hongrois et italiens furent rapatriés. Beaucoup rejoignirent la Résistance. Les Juifs de Paris furent assistés par plusieurs organisations juives clandestines ou semi-clandestines, comme la « Solidarité » communiste, le Comité Amelot, l'OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) et plusieurs groupes sionistes clandestins.

 

 

Lorsque les Forces alliées libérèrent Paris le 25 août 1944, au moins 50 000 juifs parisiens, pour la plupart nés à l'étranger avaient été déportés et exterminés.

 


Articles en Anglais

Articles complémentaires

Paris
France


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France