Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
National Archives
  Des délégués alliés dans la Galerie des glaces à Versailles sont témoins de l’acceptation par la délégation allemande des termes du Traité de Versailles, le traité qui mit formellement fin à la Première Guerre mondiale. Versailles, France, 28 ...
Autres photographies
  LE TRAITÉ DE VERSAILLES, JUIN 1919  

 

Avec le Traité de Versailles signé en 1919, les puissances victorieuses de la Première Guerre mondiale (les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie et leurs alliés) imposaient des limitations territoriales, militaires et économiques à l'Allemagne vaincue. Aucun délégué ne fut autorisé à participer aux réunions précédant la signature du traité dont les clauses n'étaient pas négociables. L'Allemagne signa à contre-coeur le Traité de Versailles, le 28 juin 1919, quoique les dirigeants allemands en aient publiquement rejeté le contenu.

Les clauses du traité imposaient à l'Allemagne des concessions territoriales, la réduction de ses effectifs et de ses installations militaires et le paiement de lourdes réparations. Selon les stipulations territoriales du traité, les frontières nationales allemandes étaient réduites. A l'est, l'Allemagne devait rétrocéder l'Alsace-Lorraine à la France (l'Allemagne avait annexé cette région après la guerre franco-prussienne de 1870-1871), la Belgique reçut Eupen et Malmédy; la Sarre fut placée sous administration internationale; et après plébiscite, le Schleswig du Nord fut rendu au Danemark.

 

 

A l'est, les partitions de la Pologne datant du dix-huitième siècle furent annulées. Un nouvel Etat polonais fut créé, qui reçut plus de la moitié des anciennes provinces allemandes de Posnanie (Poznan) et la Prusse occidentale, un "corridor" vers la Mer Baltique (qui séparait la Prusse orientale du reste de l'Allemagne) et, après un référendum, des portions de la Haute-Silésie. L'Allemagne dut céder au nouvel Etat tchécoslovaque le district de Hultschin. Dantzig, qui était en grande partie allemande, fut déclarée "ville libre". Enfin, Memel (l'actuelle Klaipeda), petite bande de territoire de Prusse orientale située sur la mer Baltique, fut placée sous contrôle lituanien. Toutes les colonies allemandes d'outre-mer, dont la Nouvelle Guinée et quatre colonies africaines, furent cédées aux puissances victorieuses pour être confiées à des mandats répartis par la Société des Nations. En fin de compte, l'Allemagne se voyait amputée de 13% de son territoire (plus de 43 000 km² de son territoire européen) et de plus d'un neuvième de sa population (entre 6,5 et 7,3 millions de personnes).

Les puissances victorieuses voulaient s'assurer que l'Allemagne ne constituerait plus jamais une menace militaire. Plusieurs clauses du Traité de Versailles étaient rédigées dans ce but, dont la démilitarisation de la Rhénanie (la région à l'est du Rhin sur une profondeur de presque 50 km). De sévères restrictions étaient imposées à la taille et à la composition des forces armées (100 000 hommes au maximum). La fabrication d'avions militaires, de chars, de sous-marins et de gaz toxiques fut interdite.

 

 

Enfin, le traité comprenait une clause de "responsabilité de guerre". L'Allemagne reconnaissait sa responsabilité dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale et devait dédommager tous les dégâts civils causés par le conflit. Le montant définitif des réparations devait être transmis le 1er mai 1921. Dans l'intervalle, l'Allemagne devait payer cinq milliards de dollars. Le reste devait être règlé en trente ans.

 

 

Le Traité de Versailles entra en vigueur le 10 janvier 1920. La plupart des Allemands le considéraient comme un accord de paix imposé par les vainqueurs, un "Diktat". L'exigence de son refus devint un thème central de la vie politique de la république de Weimar, mais particulièrement auprès des partis radicaux d'extrême-droite, comme le minuscule parti national-socialiste, qui reprochaient aux formations démocratiques d'avoir accepté les termes de ce traité.

Au fil des ans, certaines stipulations du traité furent modifiées, généralement en faveur de l'Allemagne. Avec la remilitarisation de la Rhénanie, le 7 mars 1936, les restrictions militaires (qui avaient déjà été violées avant l'accession de Hitler au pouvoir) devinrent nulles et non avenues.

 


Articles en Anglais

Articles complémentaires

Treaty of Versailles, 1919
L'arrivée au pouvoir des Nazis


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France