Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
Wide World Photo
  Le ministre nazi des Affaires étrangères Joachim von Ribbentrop (à gauche), le dirigeant soviétique Joseph Staline (centre) et le ministre soviétique des Affaires étrangères Viatcheslav Molotov (à droite) lors de la signature du pacte de ...
Autres photographies
  LE PACTE GERMANO-SOVIÉTIQUE, AOÛT 1939  

 

Le pacte germano-soviétique, connu aussi sous le nom de pacte Ribbentrop-Molotov (du nom des deux ministres des Affaires étrangères qui ont négocié l'accord), était constitué de deux parties : un accord économique, signé le 19 août 1939, qui prévoyait que l'Allemagne échangerait des biens manufacturés contre des matières premières soviétiques, et un pacte de non-agression d'une duréee de 10 ans, signé le 23 août 1939, dans lequel l'Allemagne nazie et l'Union Soviétique se promirent de ne pas s'attaquer mutuellement.

Le pacte germano-soviétique permit à l’Allemagne d’attaquer la Pologne le 1er septembre 1939 sans crainte d’une intervention soviétique. Le 3 septembre 1939, la Grande-Bretagne et la France qui s’étaient engagées à protéger les frontières de la Pologne, déclarèrent la guerre à l’Allemagne. Ces évènements constituèrent le début de la Seconde Guerre mondiale.

 

 
L'Europe de l'Est après le pacte germano-soviétique, 1939-1940
Autres cartes

Le pacte de non-agression du 23 août contenait un protocole secret qui prévoyait la partition de la Pologne et du reste de l’Europe de l’Est en des zones d’intérêts soviétiques et allemandes. Conformément à ce plan, l’armée soviétique occupa et annexa la Pologne orientale à en septembre 1939. Le 30 novembre 1939, l’Union Soviétique attaqua la Finlande précipitant une guerre hivernale de 4 mois, suite à laquelle elle annexa les territoires frontaliers finlandais, en particulier à proximité de Léningrad. Avec la bienveillance de l’Allemagne, l’Union Soviétique déplaça ses frontières au cours de l’été 1940 pour consolider sa zone d’intérêt en Europe de l’Est. Les Soviétiques occupèrent et annexèrent les États baltes et s’emparèrent des provinces septentrionales roumaines de Bukovine et de Bessarabie.

Lorsque les Allemands vainquirent la France en juin 1940, les diplomates allemands travaillèrent à renforcer les liens du Reich avec l’Europe du Sud-Est. La Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie rejoignirent l’Axe, en novembre 1940. Au cours du printemps 1941, Hitler informe ses alliés d’Europe de l’Est de son plan d’invasion de l’Union Soviétique.

 

 

Hitler considéra toujours le pacte de non-agression germano-soviétique comme une manœuvre temporaire tactique. Le 18 décembre 1940, il signa la Directive 21 (du nom de code «Opération Barbarossa»), premier ordre opérationnel d’invasion de l’Union Soviétique. Lors de la préparation des opérations, les autorités militaires et policières allemandes envisagèrent une guerre d’anéantissement envers l’État communiste, ainsi qu’envers les Juifs de l’Union Soviétique, dont les autorités estimaient qu’ils représentaient le «fondement racial» de l’État soviétique.

 

 

Les forces allemandes envahirent l’Union Soviétique le 22 juin 1941, moins de deux ans après la signature du pacte germano-soviétique.

 


Articles en Anglais

 
German-Soviet Pact
 


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France