Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
National Archives
  Forces allemandes aux abords de Varsovie. En arrière plan de la photo, la ville brûle du fait de l’attaque militaire allemande. Varsovie, Pologne, septembre 1939.
Autres photographies
  LES VICTIMES POLONAISES  

 

L'occupation allemande en Pologne fut d'une brutalité exceptionnelle. Les Nazis considéraient les Polonais comme étant de race inférieure. Après la défaite militaire du pays en septembre 1939, les Allemands lancèrent une campagne de terreur. Des unités de police allemandes fusillèrent des milliers de Polonais et réquisitionnèrent tous les hommes pour des travaux forcés. Les Nazis cherchaient à détruire la culture polonaise en éliminant les dirigeants politiques, religieux et intellectuels. Il s'agissait de détruire l'Etat et la nation polonaise, dont toutes les institutions furent supprimées. Ceci eut lieu à cause du mépris allemand envers la culture polonaise et aussi pour éviter l'organisation d'un mouvement de résistance contre l'occupation.

En mai 1940, les autorités allemandes d'occupation lancent l'action AB, qui consistait en un plan d'élimination de l'intelligentsia polonaise et de la classe dirigeante. Ce plan avait pour objectif de tuer très rapidement les dirigeants polonais afin de semer la panique au sein du peuple et de décourager toute tentative de résistance. C'est ainsi que les Allemands fusillèrent des milliers de professeurs, de prêtres et autres intellectuels à Varsovie et dans ses environs, particulièrement à la prison de Pawiak, qui se trouvait dans la ville. Les nazis déportèrent des milliers d'autres Polonais dans le camp de concentration d'Auschwitz qui venait d'être ouvert, à Stutthof, et dans d'autres camps de concentration en Allemagne, où jusqu'en mars 1942 la majorité des détenus était des non-Juifs.

 

 
Pologne, 1933
Autres cartes

Les Nazis menèrent une politique de représailles aveugles contre toute tentative de résistance. Elles comprenaient des expulsions de masse. En novembre 1942, les Allemands expulsèrent plus de 100 000 personnes de la région de Zamosc ; de nombreux habitants furent déportés dans les camps d’Auschwitz et de Maïdanek. D'autre part, environ 50 000 enfants polonais furent arrachés à leurs familles, déplacés dans le Reich, et soumis à la politique de "germanisation".

Après l’annexion de la Pologne occidentale, Hitler ordonna la "germanisation" du territoire polonais. Des Gauleiter (tels Arthur Greiser dans le Warthegau et Albert Forster à Dantzig-Prusse Occidentale) chassèrent des centaines de Polonais hors de leur maison vers le Gouvernement Général. Plus de 500 000 Allemands furent ensuite installés dans ces régions.

 

 

Un gouvernement polonais en exil, dirigé par Wladyslaw Sikorski, fut établi à Londres. Sur le sol polonais, il était représenté par le réseau clandestin "Delegatura", dont la fonction principale était de coordonner les activités de l’Armée intérieure (Armia Krajowa). Il s'agissait de la Résistance nationaliste. Un important mouvement communiste se développa aussi, l'Armia Ludowa. La résistance polonaise organisa une violente insurrection contre les Allemands à Varsovie en août 1944. La rébellion massive de la population dura deux mois puis fut écrasée et la ville détruite. Plus de 200 000 Polonais furent tués lors de l’insurrection.

 

 

Entre 1939 et 1945, au moins 1,5 millions de citoyens polonais furent déportés vers le territoire allemand pour travaux forcés. Des centaines de milliers furent aussi emprisonnés dans les camps de concentration.

On estime que les Allemands ont assassiné au moins 1,9 million de civils polonais non-Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Allemands exterminèrent également 3 millions de Juifs polonais.

 


Articles en Anglais

 
Polish Victims
 


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France