Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
National Archives
  Joseph Goebbels, ministre nazi de la propagande, parle à un meeting en faveur du boycott des boutiques appartenant aux Juifs. Berlin, Allemagne, 1er avril 1933.
Autres photographies
  LE BOYCOTT DES ENTREPRISES JUIVES  

 

Après l'arrivée au pouvoir des Nazis en Allemagne le 30 janvier 1933, leurs dirigeants décidèrent d'organiser un boycott économique contre les Juifs du pays. En 1933, environ 600.000 Juifs vivaient en Allemagne, soit moins d'un pour cent de la population totale. Les Juifs d'Allemagne étaient fiers d'être allemands, citoyens d'un pays qui avait vu naître un nombre considérable de grands poètes, écrivains, musiciens et artistes. Plus de 100.000 Juifs allemands avaient servi dans l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale et beaucoup avaient été décorés pour leur courage.

Les Juifs avaient des postes importants dans le gouvernement et enseignaient dans des universités allemandes réputées. Parmi les 38 prix Nobel attribués à des écrivains et des scientifiques allemands entre 1905 et 1936, 14 le furent à des Juifs. Les mariages entre Juifs et non-Juifs devenaient courants. Bien que subissant une discrimination dans leur vie sociale et leurs carrières professionnelles, les Juifs allemands étaient pour la plupart confiants en leur avenir en tant qu'Allemands. Ils parlaient allemand et considéraient l'Allemagne comme leur patrie.

 

 

Le 1er avril 1933, les Nazis lancèrent la première action planifiée d'ampleur nationale contre les Juifs : un boycott visant les professions libérales et les commerces juifs. Le boycott fut présenté un acte de représailles et de vengeance contre la Gruelpropaganda (histoires d'atrocité) que les Juifs allemands et étrangers, aidés par des journalistes étrangers, étaient censés faire circuler dans la presse internationale pour porter atteinte à la réputation de l'Allemagne nazie.

Le jour du boycott, les soldats des "troupes d'assaut" (Sturmabteilung ; SA) organisèrent des piquets menaçants devant les magasins, grands et petits, qui appartenaient à des Juifs, et devant les bureaux des médecins et des avocats. L'étoile de David fut peinte en jaune et en noir sur des milliers de portes et de fenêtres, accompagnée de slogans antisémites. Les inscriptions disaient "N'achetez pas chez les Juifs" et "Les Juifs font notre malheur". A travers toute l'Allemagne, des actes de violence furent perpétrés contre des Juifs ; la police n'intervint que rarement.

 

   
Hanne naquit dans une famille juive dans la ville allemande de Karlsruhe. ...
Les témoignages
 
 

 

Bien que cette opération de boycott, organisée par les responsables du parti nazi, ne durât qu'une seule journée et fût ignorée par de nombreux Allemands qui continuèrent à acheter dans les magasins tenus par des Juifs, elle marqua le début d'une campagne d'ampleur nationale du parti nazi contre l'ensemble de la population juive. Une semaine plus tard, le gouvernement adopta une loi limitant les emplois publics aux seuls "Aryens". Les fonctionnaires juifs, y compris les enseignants des écoles et des universités, furent licenciés.

 


Articles en Anglais

 
Boycott of Jewish Businesses
 


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France