Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
YIVO Institute for Jewish Research
  Juifs chargés de force dans des wagons destinés au camp d’extermination de Belzec. Lublin, Pologne, 1942.
Autres photographies
  BELZEC  

 

La petite ville de Belzec est située entre les villes de Zamosc et de Lvov dans le sud-est de la Pologne. Lors de l'occupation allemande de la Pologne pendant la Seconde guerre mondiale, cette zone était située dans le District de Lublin du Gouvernement Général de Pologne.

En 1940, les Allemands créèrent le camp de travail de Belzec, où les Juifs furent contraints d'édifier des fortifications et des fosses antichar, le long du fleuve Bug, qui formait la ligne de démarcation entre les portions de la Pologne respectivement occupées par les Allemands et par les Soviétiques. Ce camp de travail fut démantelé à la fin de 1940.

 

 
L'administration allemande de l'Europe, 1942
Autres cartes

Construit dans le cadre de l'Action Reinhardt, le plan nazi pour exterminer tous les Juifs dans le Gouvernement Général, Belzec fut le deuxième camp d'extermination nazi à entrer en fonction, et le premier des camps "Action Reinhardt".

Ce sont les bonnes liaisons ferroviaires et la position centrale de Belzec dans les zones de peuplement juif des régions de Lvov, Cracovie et Lublin, qui incitèrent les Allemands à lancer la construction d'un camp d'extermination, en novembre 1941. Situé le long de la ligne de chemin de fer Lublin-Lvov, le camp d'extermination n'était qu'à environ 500 mètres de la gare de Belzec. Une petite déviation de la voie ferrée reliait le camp et la gare. Le personnel SS et les gardes de la police auxiliaire affectés au camp étaient logés dans un complexe distinct près de la gare de Belzec.

 

   
Rachel était le huitième enfant d'une famille hassidique de Kolbuszowa. ...
Les témoignages
 
 

 

Les Allemands divisèrent Belzec en une zone combinée d'administration-réception et un complexe d'extermination. Un chemin fermé de petites dimensions, surnommé le "tube", reliait les deux. La zone de réception comportait la voie ferrée et une rampe. La zone d'extermination comprenait les chambres à gaz et les fosses communes. Une voie ferrée allait des chambres à gaz aux fosses. Le camp mesurait environ 300 mètres de côté. De fines branches tressées dans la clôture en fil de fer barbelé et les arbres plantés autour du périmètre servaient de camouflage.

 

 
Belzec
1939 – 1942

Consulter la chronologie

Les opérations de gazage à Belzec commencèrent à la mi-mars 1942. Des trains de 40 à 60 wagons, avec 80 à 100 personnes entassées par wagon, arrivaient à la gare de Belzec. On décrochait les wagons vingt par vingt, et les wagons étaient amenés de la gare dans le camp. Ordre était donné aux victimes de débarquer sur la plate-forme de la zone de réception. Les officiers allemands annonçaient aux déportés qu'ils étaient arrivés dans un camp de transit et qu'ils devaient remettre tous les objets de valeur qui étaient en leur possession. Les hommes étaient séparés des femmes et des enfants. Tous étaient forcés de se déshabiller et de courir dans le "tube", qui conduisait directement aux chambres à gaz (qualifiées de douches pour tromper les prisonniers). Une fois les portes des chambres fermées hermétiquement, les gardes de la police auxiliaire démarraient un moteur qui était installé dans une cabane à l'extérieur. Le monoxyde de carbone était acheminé par des tuyaux dans la chambre à gaz, et tous ceux qui étaient à l'intérieur mouraient. La procédure était ensuite répétée pour les déportés se trouvant dans les vingt wagons suivants.

Les membres des Sonderkommandos - les groupes de prisonniers gardés en vie pour le travail forcé dans la zone d'extermination - enlevaient les corps des chambres à gaz et enterraient les victimes dans les fosses communes. En outre, ces prisonniers triaient les effets personnels des victimes en vue de leur transport en Allemagne, et nettoyaient les wagons de marchandises en vue des prochains convois de déportation.

LES DEPORTATIONS VERS BELZEC
 
Entre mars et décembre 1942, au moins 600 000 personnes furent déportées vers Belzec et assassinés. La plupart des victimes étaient des Juifs des ghettos du sud de la Pologne. Les Allemands déportèrent aussi à Belzec des Juifs d'Allemagne, d'Autriche, de Bohème-Moravie. Plusieurs centaines de Tsiganes furent également déportées dans ce camp et assassinés.

Au début d'octobre 1942, les Allemands commencèrent à exhumer les corps des prisonniers exterminés et à les brûler dans des fours à ciel ouvert faits de traverses de voie ferrée. Ce "nettoyage" continua jusqu'à la fin du printemps 1943, et ce jusqu'à ce que tous les prisonniers assassinés dans le camp furent brûlés.

Le camp d'extermination de Belzec fut démantelé en juillet 1943. Les prisonniers restants, qui avaient été assignés comme main d'oeuvre du camp, furent soit abattus à Belzec, soit déportés vers le camp d'extermination de Sobibor et assassinés.

Une fois le camp de Belzec démantelé, les Allemands installèrent une ferme sur le site et y plantèrent des arbres et des cultures pour camoufler la zone. Les anciens gardes de la police auxiliaire du camp cultivaient la terre. L'armée soviétique libéra la zone du camp de Belzec à l'été 1944.

 


Articles en Anglais

Articles complémentaires

Belzec
Les camps d'extermination
Les déportations vers les camps d'extermination
La "Solution finale"
Les opérations de gazage
La Shoah
Sobibor
Treblinka


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France