Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

  L'ACTION REINHARDT (AKTION REINHARDT)  

 

L'Action Reinhardt fut le nom de code de l'opération d'assassinat des Juifs du Gouvernement général de Pologne. A l'origine, le nom de l'opération, lancée à l'automne 1941, se référait au secrétaire d'Etat aux Finances Fritz Reinhardt. Lorsque Reinhardt Heydrich, le chef de l'Office central de sécurité du Reich, fut assassiné par des partisans tchèques, en juin 1942, l'opération en cours prit son nom.
Dès juillet 1941, Heydrich avaient été chargé par Hitler de résoudre la question juive en Pologne, même si les modalités de cette opération n'étaient pas précisées, et qu'il n'est pas sûr que cela a signifié l'extermination systématique.

La direction de l'Opération Reinhardt fut confiée par Heinrich Himmler au général SS Odilo Globocnik, qui était à la tête de la SS et de la police dans le district de Lublin. Dès décembre 1941, des essais de gazage eurent lieu au camp de Chelmno/Kulmhof. Même si le camp ne dépendit pas directement de Action Reinhardt, il rentre dans le cadre plus général de celui-ci. Globocnik établit deux organismes distincts chargés de l'assassinat. Le premier, sous la direction du commandant SS Hermann Hoefle, était chargé de la coordination des déportations des Juifs depuis les ghettos jusqu'aux lieux de leur assassinat. Le second organisme, avec à sa tête le commissaire de police Christian Wirth, fut chargé de l'extermination proprement dite, et de la construction de trois camps qui servirent uniquement à la mise à mort : Belzec, Sobibor et Treblinka. Ces camps n'étaient pas des camps de concentration. Aucun déporté qui y arrivait n'était destiné à y demeurer. Tous devaient être assassinés.

 

 
L'administration allemande de la Pologne, 1942
Autres cartes

Christian Wirth avait été l'un des responsables de la mise en œuvre de la politique d'euthanasie des handicapés et malades mentaux dans le Reich. A ce titre, il avait eu s'occuper des techniques de gazage par le monoxyde de carbone. C'est cette « expertise » qu'il utilisa pour la construction des trois camps d'extermination, avec l'aide d'un détachement de SS. Il fut assisté dans sa tâche par des responsables des diverses forces de police présentes dans le gouvernement général, le SD et la police d'ordre. L'emplacement des trois camps d'extermination de l'Action Reinhardt avait été choisi en fonction des voies ferrées et pour une répartition régionale du travail d'assassinat : Belzec pour le sud de la Pologne, Sobibor pour la région de Lublin et l'est du Gouvernement général et Treblinka pour le centre du pays et surtout le plus grand ghetto, celui de Varsovie.

La construction des trois camps commença à l'automne 1941. Les gazages commencèrent dès mars 1942 à Belzec, en mai 1942 à Sobibor et en juillet 1942 à Treblinka. Les victimes, amenées par trains, étaient assassinées dans des chambres à gaz au monoxyde de carbone généré par des moteurs. Dans chaque camp, de petits kommandos de Juifs étaient sélectionnés à leur arrivée, qui travaillèrent à nettoyer les wagons et à vider les cadavres des chambres à gaz et à les faire disparaître. Ces Sonderkommandos étaient régulièrement remplacés. Pendant l'année 1942, les cadavres étaient enterrés dans des fosses communes. Ensuite, les fosses furent rouvertes et les corps brûlés dans d'énormes bûchers (Sonderkommando 1005).

 

 

La grande majorité des victimes de l'Action Reinhardt furent des Juifs venus des ghettos de Pologne. Il y eut cependant aussi des Polonais, des Tsiganes et des prisonniers de guerre soviétique parmi les victimes. Une fois les camps d'extermination opérationnels, les ghettos furent liquidés et les Juifs furent déportés par voie ferroviaire vers ces centres d'extermination. Leur nombre demeure incertain. A Belzec, environ 600 000 Juifs furent assassinés, environ 250 000 à Sobibor et près de 870 000 à Treblinka. Des Juifs néerlandais, français, grecs de Macédoine et de Thrace, figurent parmi les victimes.

 

 

Au moins 1,7 millions de Juifs furent assassinés dans le cadre de l'Action Reinhardt. La fin de l'Opération avait été prévue pour décembre 1942. Les derniers gazages eurent cependant lieu en octobre 1943. Les camps furent ensuite démantelés. Dans son rapport final, Odilo Globocnik estima que la valeur des biens récupérés ayant appartenu à des Juifs s'élevait à 180 millions de Reichsmark. Les valeurs (pierres précieuses, or, devises), furent envoyés à la Reichsbank, la banque centrale allemande, à Berlin.

 


Articles en Anglais

 
Aktion Reinhard (Operation Reinhard)
 


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France