Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
Dokumentationsarchiv des Oesterreichischen Widerstandes
  Membres d’un Einsatzkommando (unité mobile d'extermination) peu avant qu’ils exécutent un jeune juif. Les membres assassinés de sa famille sont étendus devant lui ; les hommes à gauche sont d’origine allemande et assistent le peloton. Slarow, ...
Autres photographies
  LES EINSATZGRUPPEN (UNITÉS MOBILES D'EXTERMINATION)  

 

Les Einsatzgruppen (unités mobiles d'extermination) étaient des escadrons de SS et de la police allemande qui suivaient l'avancée de l'armée allemande. Sous le commandement d'officiers de la Police de sécurité (Sipo) et du Service de sécurité (SD), ils reçurent pour mission, entre autres, d'exterminer ceux qui étaient perçus comme des ennemis politiques ou raciaux trouvés derrière les lignes de front en Union Soviétique occupée. Parmi leurs victimes, il y eut des Juifs (hommes, femmes et enfants), des Tsiganes, et des fonctionnaires de l'Etat soviétique et du Parti communiste. Les Einsatzgruppen assassinèrent également des milliers de patients dans des établissements psychiatriques. De nombreux chercheurs pensent que le massacre systématique des Juifs d'Union Soviétique occupée par les bataillons des Einsatzgruppen et la Police de l'ordre (Ordnungspolizei) constitue la première étape du programme nazi d'extermination de tous les Juifs européens.

Lors de l'invasion de l'Union soviétique en juin 1941, les Einsatzgruppen suivirent l'armée allemande et son avance au cœur du territoire soviétique. Les Einsatzgruppen, s'appuyant souvent d'une aide locale, conduisirent des opérations d'extermination de masse. Contrairement à ce qui se passait lors de la déportation de Juifs des ghettos vers les camps, les Einsatzgruppen allaient directement dans les communautés de Juifs et les massacraient.

 

 
Les massacres perpétrés par les Einsatzgruppen en Europe de l'Est
Autres cartes

L'armée allemande apportait un soutien logistique aux Einsatzgruppen, en leur fournissant approvisionnement, transport et logement. Au début, les Einsatzgruppen abattirent surtout des hommes juifs. Mais très vite, à partir du mois d'août 1941, leurs membres abattirent les aussi les femmes et les enfants juifs sans distinction d'âge ni de sexe, et les enterrèrent dans des fosses communes. A partir de la fin du mois de juillet 1941, des bataillons de la police d'ordre, sous le commandement de dirigeants de haut rang des SS et de la police récemment nommés dans les territoires occupés d'Union soviétique, lancèrent des opérations d'annihilation systématique des principales communautés juives.

Les Einsatzgruppen qui suivirent l'armée allemande en Union soviétique étaient répartis en quatre groupes opérationnels de la taille d'un bataillon chacun. L'Einsatzgruppe A s'occupait de la zone allant de la Prusse orientale en direction de Leningrad, et couvrant la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie et d'autres territoires. L'Einsatzgruppe A massacra des Juifs à Kovno, Riga et Vilno. La zone de l'Einsatzgruppe B partant de Varsovie, en Pologne, et s'étendait en Biélorussie en direction de Smolensk ; cet Einsatzgruppe massacra des Juifs entre autres à Grodno, Minsk, Brest-Litovsk, Slonim, Gomel et Mogilev. La zone de l'Einsatzgruppe C débutait à Cracovie et Rzeszow (en Pologne occupée) et s'étendait en Ukraine en direction de Kharkov et de Rostov-sur-le-Don. Ses membres orchestrèrent des massacres à Lvov, Tarnopol, Zolochev, Kremenets, Kharkov, Kiev et ailleurs. De ces quatre unités, l'Einsatzgruppe D était celui qui opérait le plus au sud. Ses membres se livrèrent à des massacres dans le sud de l'Ukraine et en Crimée, en particulier à Nikolayev, Kherson, Simferopol, Sébastopol et Feodosiya.

 

   
Herschel était le benjamin des trois enfants d'une famille juive parlant ...
Les témoignages
 
 

 

Les Einsatzgruppen reçurent une aide importante des soldats allemands, hongrois et roumains, de collaborateurs locaux et d'autres unités SS. Les membres des Einsatzgruppen furent recrutés parmi les SS, les Waffen-SS (formation militaire des SS), dans le SD, la Sipo, dans la police d'ordre et dans d'autres unités de police.

 

 

Au printemps 1943, les Einsatzgruppen et des bataillons de la police d'ordre avaient tué plus d'un million de Juifs et des dizaines de milliers de commissaires politiques et de partisans soviétiques, de Tsiganes et d'handicapés mentaux. Les méthodes d'extermination mobiles s'avérèrent inefficaces et psychologiquement difficiles à supporter pour les assassins. Alors que ces assassinats sauvages étaient encore en cours, les nazis planifièrent et commencèrent la construction d'installations de gazage spéciales dans des camps d'extermination créés pour exterminer un nombre plus important encore de Juifs.

 


Articles en Anglais

 
Einsatzgruppen (Mobile Killing Units)
 


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France