Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
National Archives
  Des passants allemands lisent “Les neuf commandements de la lutte ouvrière,” d’Hermann Goering qui comprenait des exhortations aux femmes allemandes comme celle-ci : “Prends une poêle, un ramasse-poussière et un balai et épouse un homme.” Berlin, ...
Autres photographies
  LES FEMMES SOUS LE TROISIÈME REICH  

 

Les femmes occupaient un rôle central dans la vision de Hitler de créer une communauté du peuple allemand idéale (Volksgemeinschaft). Hitler croyait qu’une population plus importante, racialement plus pure, renforcerait la puissance militaire de l’Allemagne et fournirait des colons pour occuper les territoires conquis en Europe orientale. La politique démographique agressive du Troisième Reich encouragea les femmes «racialement pures» à enfanter autant d’enfants «aryens» que possible.

Cette politique revêtit sa forme la plus radicale en 1935, lorsque les dirigeants SS lancèrent le programme national connu sous le nom de Lebensborn (source de vie). Prolongeant l’ordonnance SS sur le mariage de 1932, l’ordonnance sur le Lebensborn prescrivait que tout membre de la SS devait engendrer au moins quatre enfants dans le cadre du mariage ou en hors de celui-ci. Les foyers du Lebensborn, au nombre de neuf en 1940, abritaient les mères et leur progéniture illégitime, fournissaient des actes de naissance et un soutien financier, et recrutaient des parents adoptifs pour les enfants. A partir de 1941, des enfants répondant aux critères physiques "arynes" furent enlevés dans toute l'Europe occupée pour être confiés à des familles allemandes.

 

 

Finalement, le programme Lebensborn ne fut jamais appliqué vigoureusement. La politique démographique nazie porta plutôt sur la famille traditionnelle et le mariage. L’Etat encourageait le mariage au moyen de prêts, versait des allocations familiales pour chaque nouvel enfant. Il mit à l’honneur les familles nombreuses, accorda la «croix d’honneur de la mère allemande» aux femmes ayant eu au moins quatre enfants, et alourdit les peines pour avortement.

L’Association des femmes nationales-socialistes et l’Organisation des femmes allemandes utilisèrent la propagande pour encourager les femmes à se consacrer à leur rôle d’épouses et de mères. Outre l’accroissement de la population, le régime entendait également promouvoir la «pureté raciale» par «l’amélioration de l’espèce», notamment en promulguant des lois interdisant les mariages entre «aryens» et «non-aryens» (lois de Nuremberg), et en empêchant les personnes atteintes de handicaps ou de certaines maladies de se marier.

 

 

A l’école et dans la Ligue nazie des jeunes filles allemandes dont elles étaient obligatoirement membres, les jeunes filles apprenaient à jouer leur rôle de mère et de femme obéissante. Le réarmement, suivi par une guerre totale, contraignit cependant les Nazis à renoncer à leur idéal domestique. Le besoin de main-d’œuvre incita les femmes à travailler (par exemple dans le cadre de l’Année du devoir, un plan prévoyant un service obligatoire pour toutes les femmes), y compris dans l’armée (en 1945, le nombre d’auxiliaires féminines dans l’armée allemande atteignait près de 500000).

 


Articles en Anglais

Articles complémentaires

Women in the Third Reich
La mise en place de la dictature nazie
Le Troisième Reich


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France