Encyclopedie multimedia de la Shoah

SOMMAIRE IMPRIMER

   
YIVO Institute for Jewish Research
  Partisans juifs, survivants du soulèvement du ghetto de Varsovie, dans un camp familial dans la forêt de Wyszkow. Pologne, 1944.
Autres photographies
  LA RÉSISTANCE JUIVE  

 

Les politiques d'oppression et de génocide alimentèrent la résistance aux nazis à l'intérieur du Troisième Reich et en Europe occupée. Des Juifs comme des non-Juifs répondirent à l'oppression nazie de nombreuses façons.

La résistance armée organisée fut la forme la plus directe de l'opposition juive aux nazis. La plus grande révolte armée fut le soulèvement du ghetto de Varsovie (en avril-mai 1943), qui fut déclenché par des rumeurs disant que les nazis voulaient déporter ce qui restait des habitants du ghetto vers le camp d'extermination de Treblinka, situé en Pologne. Lorsque les forces allemandes pénétrèrent dans le ghetto, les membres de l'Organisation de combat juive (Zydowska Organizacja Bojowa ; Z.O.B.) lancèrent des grenades à main contre les blindés allemands. Les nazis mirent 27 jours à détruire le ghetto et à capturer les derniers résistants.

 

 
La résistance juive armée dans les ghettos et les camps, 1941-1944
Autres cartes

Des soulèvement eurent lieu à Vilno et à Bialystok, ainsi que dans un certain nombre d'autres ghettos. De nombreux combattants des ghettos savaient que la résistance armée conduite par une minorité ne parviendrait pas à sauver les masses juives de la destruction. Mais ils combattirent pour l'honneur des Juifs.

Un certain nombre de combattants résistèrent en s'enfuyant des ghettos dans les forêts et en rejoignant les partisans. Des dirigeants de Conseils juifs (Judenrat) résistèrent en refusant d'obéir et de livrer d'autres Juifs à la déportation.

 

 

Des soulèvement se produisirent dans trois camps d'extermination. A Sobibor et Treblinka, les prisonniers pourvus d'armes volées attaquèrent les membres du personnel SS et leurs gardes auxiliaires ukrainiens. La plupart des révoltés fut abattue, mais plusieurs douzaines de prisonniers parvinrent à s'échapper. A Auschwitz, quatre femmes juives aidèrent les travailleurs juifs du Sonderkommando du crématoire IV à le faire sauter en leur fournissant des explosifs. Ces quatre femmes furent exécutées.

 

 

Dans la plupart des pays satellites ou occupés par les nazis, la résistance juive concentra ses efforts sur l'aide et les secours. Les autorités juives de Palestine envoyèrent clandestinement des parachutistes tels que Hannah Szenes en Hongrie pour aider les Juifs. En France, des membres de la résistance juive se réunirent pour constituer l'Armée Juive. De nombreux Juifs combattirent au sein des mouvements de résistance nationaux en Belgique, en France, en Italie, en Pologne et dans d'autres pays d'Europe orientale.

Les Juifs des ghettos et des camps répondirent aussi à l'oppression nazie par diverses formes de résistance spirituelle. La création d'organisations culturelles juives, la poursuite des pratiques religieuses et la volonté de ne pas oublier et de transmettre l'histoire des Juifs (par le biais, par exemple, des archives de l'Oneg Shabbat à Varsovie) furent des tentatives conscientes pour préserver l'histoire et la vie communautaire du peuple juif malgré les efforts des nazis pour éliminer définitivement les Juifs.

 


Articles en Anglais

Articles complémentaires

Jewish Resistance
Les soulèvements juifs dans les ghettos et les camps, 1941-1944
La résistance spirituelle dans les ghettos
La Résistance juive armée : les partisans


Copyright © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Translation Copyright © Mémorial de la Shoah, Paris, France